Le monde du Web

L’avenir radieux du Web décentralisé ?

Connaissez-vous le Web décentralisé ? les sphères les plus calées du Web en parlent de plus en plus et, pourtant, ces plateformes peinent encore à attirer les foules, malgré leurs avantages évidents. Avantages pour qui ? c’est ce que nous allons voir.

Vous avez peut-être déjà entendu parler des quelques sites que je vais citer, sachez qu’en tout cas, chacun d’entre eux vaut le détour :

  • IPFS, Une nouvelle façon d’aborder le contenu Web
  • Diaspora, un équivalent à Facebook
  • Mastodon, un équivalent à Twitter
  • Dtube, un équivalent à Youtube
  • Streamium, un équivalent à Twitch

Ces sites internet proposent chacun un service déjà bien connu des internautes, mais avec une particularité qui fait toute la différence : ils sont décentralisés (et libres, pour la majorité d’entre eux).

Pourquoi décentraliser ?

Comme vous le savez probablement, un site internet consiste (de façon grossière), en un ordinateur puissant, le serveur, sur lequel est stocké un site internet. A chaque fois qu’un internaute tape l’adresse du serveur (par le biais d’un nom de domaine, généralement), le serveur va répondre à la demande en calculant une page HTML et l’envoyer au client. Cela fonctionne plutôt bien, dans la plupart des cas. Quel est le problème alors ? Le problème, c’est qu’aujourd’hui, il est devenu presque impossible d’accéder à un site internet sans avoir au préalable créé un compte utilisateur, sans avoir confié des données personnelles au site internet. Et ces donnés, ou sont-elles stockées ? Sur ce seul et unique serveur.

Une entreprise qui a récupéré des milliers, voire des centaines de milliers d’adresses e-mail et autres numéros personnels est vite tentée d’en tirer profit en vendant ces données ou en les étudiant pour vous envoyer des annonces publicitaires qui correspondent à votre profil (si vous vous demandez encore pourquoi Facebook est gratuit…). Il y a donc nécessité urgente de casser ce pouvoir, que les internautes ont donné sans vraiment s’en rendre compte, à ces entreprises qui sont aujourd’hui cotées en bourse grâce à un simple site internet. Comment faire alors, pour avoir les mêmes services, sans les inconvénients ?

Comment décentraliser ?

Le principe est assez simple : pour retirer le pouvoir dont bénéficie les grandes plateformes, il ne faut pas que les données soient stockées sur un seul serveur. Les services dont j’ai parlé au début de cet article ont tous un point commun, il n’y a pas de serveur central stockant les données. A la place, tout le monde est libre de créer son point d’entrée sur le réseau (à partir de son propre ordinateur, ou en louant un serveur chez OVH par exemple). L’unique point central du réseau, qu’on appelle le backbone est uniquement présent pour assurer la continuité des services entre les différents points d’entrée.

En résumé, sur les réseaux décentralisés, vous pouvez héberger vous-même votre compte utilisateur et tout ce qu’il contient. Et si vous n’en avez pas envie, rien ne vous empêche de faire confiance à un proche qui a créé un point d’entrée. Vous avez enfin le contrôle sur vos données personnelles !

Pourquoi ça ne fonctionne pas (encore) ?

Normalement, à ce point de l’article, vous allez vous demander « pourquoi je n’en ai pas encore entendu parler ? » ou encore « pourquoi ça n’a pas encore remplacé Facebook, Twitter, Youtube ? ». La raison est très simple : dans un système qui ne peut pas exploiter vos données personnelles pour faire de l’argent, on ne peut justement pas gagner d’argent sur votre dos ! Pas d’annonces publicitaires ciblées, pas de monétisation de vidéos, que dalle !

Résultat : les grands créateurs (Youtubeurs, Blogueurs etc.), n’y sont pas, et n’y viendront peut-être jamais.

Ce genre de réseaux est condamné à rester marginal, tant que les gens placeront leur confort avant la sécurité de leurs données. Mais il suffit de pas grand chose pour basculer dans ce nouveau modèle, une entreprise qui dépasse les limites, un peu trop de censure … sachez simplement que tout est prêt, et que ce web n’attend plus qu’une chose : vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.